Chauffage domestique et pollution : comment pouvons-nous limiter ce problème ?

Notre entreprise a toujours eu une vocation écologique.

Protéger l’environnement, développer des produits éco-compatibles, contribuer à sensibiliser chacun d’entre nous à la nature : tels sont les facteurs fondamentaux des valeurs de notre entreprise.

UNECE/CEE-ONU et CEFACD : une description rapide

C’est un honneur pour moi d’avoir été invité comme intervenant à la 56ème session du Groupe de travail sur les Stratégies et la Révision d’UNECE, dédiée à la relation entre chauffage domestique et pollution, en qualité de président de la Commission Biomasse de CEFACD.

Pour ceux qui ne les connaissent pas, il s’agit de deux organismes extrêmement importants au niveau européen.

L’UNECE/CEE-ONU, fondée en 1947, est la Commission Économique pour l’Europe des Nations Unies. Sa principale fonction est de considérer les problèmes économiques, techniques et environnementaux entre les pays membres, et à l’intérieur de ceux-ci, afin de favoriser la coopération économique et un développement durable.

Le CEFACD (Comité Européen des Fabricants d’Appareils de Chauffage et de Cuisine Domestiques) est une association internationale qui représente les associations et chaque fabricant d’appareils de chauffage. Parmi les objectifs de cette association figure également la promotion de produits efficaces et respectueux de l’environnement.

Les biomasses comme opportunité dans le chauffage domestique

La consommation européenne de combustibles fossiles est – heureusement – en train de diminuer : de 83% du total en 2015, on estime qu’elle atteindra 73% avant 2030 (source : Renewable Energy Directive 2018).

Les raisons sont multiples. Les biomasses représentent une opportunité en termes de coûts (pensons à l’exemple vertueux de l’économie circulaire du bois). En outre, elles permettent de réduire la dépendance énergétique de l’Europe vis-à-vis de l’étranger et de favoriser tant la création de postes de travail qu’une réduction des émissions de CO2.

Les cinq piliers du changement positif sont : de bons appareils de chauffage, du combustible de qualité, une installation conforme aux normes en vigueur et une maintenance périodique. À cela, il faut ajouter une utilisation correcte et conforme de l’appareil (par exemple, en ne brûlant pas de plastique, en utilisant du bois sec, etc…).

Il est nécessaire de travailler ensemble pour créer une certification et une classification des appareils au niveau des émissions nocives, qui soient identiques pour toute l’Europe. Et ce pour permettre aux consommateurs de distinguer les meilleurs appareils et aux législateurs d’adopter des paramètres de qualité universels.

Enfin, il ne faut pas oublier la technologie : il existe d’énormes possibilités d’amélioration, mais il est nécessaire d’investir constamment en Recherche & Développement et, pour ce faire, il faut pouvoir compter sur des politiques stables.

Marco Palazzetti est CEO de Palazzetti Lelio SpA, membre du Comité Opérationnel du Groupe Appareils Domestiques d’AIEL (Association Italienne Énergies Agroforestières), président du Groupe de travail pour le chauffage domestique d’AEBIOM (l’Association Européenne Biomasse) et président de la Commission Biomasse au sein du CEFACD.